La Ve république est morte (suite)

Pour faire suite à l’article “La Ve république est morte”, voici quelques précisions concernant la situation de l’impasse politique dans laquelle nous nous trouvons.
Beaucoup de français ne comprennent toujours pas ou ne savent toujours pas pourquoi il n’y a plus de constitution, bien que les exemples criants soient plétores.
Les scandales d’Etat jalonnent l’histoire de la Ve république et ils auraient eu de quoi la faire chuter mille fois.
L’article 16 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 étant le texte suprême qui régit la Ve république, voici ce qu’il énonce :
“Toute société dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée, n’a point de constitution”.
On ne saurait être plus clair ! …
Le spcetacle que nous a fourni le 25 septembre 2019, Richard Ferrand, président de l’assemblée nationale est une énième illustration parfaite qu’il ‘ny a jamais eu et qu’il n’y a aucune séparation des pouvoirs sous la Ve république, ce qui est en opposition fondamentale avec la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789.
Ce qu’il s’est passé à l’assemblée nationale le mercredi 25 septembre 2019 :
L’ amendement n°2123 validé par le gouvernement (!) de la loi sur la PMA, , a été mis au vote à main levée. Une majorité de députés présents ce jour-là (!) ayant voté contre, le président de séance ( en l’occurrence Richard Ferrand, président de l’assemblée nationale) a levé brièvement la tête et a déclaré l’amendement adopté, sans tenir compte du nombre de mains levées.
S’en est suivi un tolé et une demande de revotation “assis-debout” (pour que ce soit plus clair), ce qui fait partie des conventions et du processus de votation de l’assemblée nationale.
Malgré cela, Richard Ferrand est resté campé sur sa position, niant de fait la réalité du vote des députés présents lors de la cession et niant de fait l’expression de la représentation nationale.
Ce qui ne peut être qualifié autrement que comme une forfaiture.
Ceci démontre, de manière factuelle (puisque la séance était filmée) un déni total de la représentation nationale. Le comble du comble étant que même l’expression des députés LREM a été baffouée.
Nous sommes arrivés à un point de gangrène absolue.
Ce qui s’est passé à l’assemblée nationale ce 25 septembre 2019, nous démontre une fois de plus qu’il n’y a aucune séparation des pouvoirs sous la Ve république. Le gouvernement décide de toutes les orientations politiques et en est arrivé au point où il est obligé de passer en force, par l’intermédiaire du président de l’assemblée nationale acquis à sa cause (puisque nommé par l’exécutif), pour faire adopter des amendements et des lois dont personne ne veut.
Cette situation est totalement inadmissible, intenable et intolérable !
Pourtant, aucune action ne semble être entreprise à quelque niveau que ce soit pour régler ce problème gravissime. Cela ne semble géner personne … Tout le monde s’en accomode et se rendort en attendant le déluge …
Emmanuel Macron, honni par le peuple, le gouvernement mafieux d’Edouard Philippe totalement déconnecté et hors-sol et leur “république en marche vers le chaos”, ne peuvent plus se maintenir que par la force et la terreur.
Il faut rappeler également que sous la Ve république, ce n’est pas l’assemblée nationale qui décide des lois à faire adopter. C’est l’exécutif (donc le gouvernement) qui décide de toutes les orientations poilitiques sans que jamais le peuple n’ait la possibilité de donner son avis. L’assemblée nationale se contentant de voter les lois décidées par l’exécutif. C’est la négation même et le contraire de tout esprit démocratique !
Dans une démocratie digne de ce nom, le pouvoir législatif (donc les représentants du peuple) siègent en assemblée pour voter les lois définies ou proposées par le peuple. L’exécutif (comme son nom l’indique) veille à la bonne exécution et à la bonne application des lois.
Or c’est tout le contraire qui se passe dans cette république bananière !
Tous les pouvoirs sont sous le contrôle du chef de l’Etat :
L’exécutif,
Le législatif,
Le judiciaire,
Le médiatique.
Et lorsque l’on sait qu’Emmanuel Marcon est diagnostiqué “psychopathe” par des experts et qu’il est chargé de “finir le boulot” de ses 2 prédecesseurs, il ne faut pas s’étonner que nous en soyons arrivés où nous en sommes …
Nous ne pouvons même plus invoquer la constitution de 1958 pour pouvoir destituer ou juger les criminels qui nous gouvernent, puisque cette constitution est caduque.
Posez-vous simplement ces 2 questions :
1- Pourquoi la police et la gendarmerie en sont arrivées à un tel niveau de violence et de brutalité, couvertes par l’éxéctutif ?
2 – Pourquoi la “Justice” en est arrivée à rendre des jugements en contradiction formelle avec le “Droit” ? Que les criminels sont relaxés et que les innocents sont condamnés par des jugements expéditifs?
Tout simplement parce qu’il n’y a plus d’Etat de Droit !
Et pourquoi il n’y a plus d’Etat de droit ?
Parce que, comme il n’y a plus de constitution, plus aucune règle du Droit ne peut être appliquée !
C’est aussi simple que cela.
Et si plus aucune règle du Droit ne s’applique, tant que le peuple ne le sait pas ou ne l’a pas compris, ceux qui détiennent le ou les pouvoirs font absolument ce qu’ils veulent.
CQFD !
De plus comme ce sont eux qui tiennent entre leurs mains tout le processus qui permettrait de les destituer ou de les juger, tout est absolument verrouillé.
En l’état actuel de la situation, ils nous ont rendus totalement impuissants. Nous ne sommes pour eux que du bétail, des rats de laboratoires.
C’est aussi la raison pour laquelle – et nous le disons depuis le début – le RIC n’est rien d’autre qu’un grand foutage de gueule destiné à nous emmener dans une impasse. Il n’y a qu’à voir le résultat … Cela dure déjà depuis début décembre 2018, soit bientôt 10 mois … Aucune avancée tangible. Aucune !
Et il ne pourra y en avoir aucune. Car comment voulez-vous, dans l’état actuel de la situation, que ces individus qui nous oppriment, nous concèdent la moindre petite miette de pouvoir de nous défaire de leur emprise ? Ce sont des psychopathes ! Ils ne nous cèderont rien !
La seule et unique solution qu’il nous reste dans ces conditions, c’est une insurrection massive et un blocage illimité de l’économie du pays, puisque nous ne pouvons même pas compter sur l’armée qui est censée garantir la sécurité du territoire, ni sur la police qui est censée maintenir la paix civile. Ces deux institutions et leurs officiers supérieurs ayant fait allégeance à la Franc-maçonnerie … Et que la Franc-maçonnerie contrôle toutes nos institutions …
Re-CQFD !
Puisque nous ne pouvons plus invoquer la constitution de 1958 pour pouvoir destituer et juger les traîtres qui ont pris notre pays en otage, le peuple français ne doit et ne peut compter que sur lui-même.
Tant que la Ve république ne sera pas publiquement et officiellement déclarée abolie et remplacée par une constitution de transition qui permettra de réécrire toutes les règles du fonctionnement de nos institutions et des pouvoirs publics, nous seront pieds et poings liés, prisonniers de ces fous furieux qui ont pris le contrôle de notre pays.
Debout les êtres humains français !
Nous devons sauver notre pays !