Un référendum pour la réforme des retraites ? Circulez, y’a rien à voir !

 

 

Résultat de recherche d'images pour "assemblée nationale"

 

Un référendum pour la réforme des retraites ? Circulez, y’a rien à voir !

Ce lundi 17 février 2020 une motion référendaire sur la réforme des retraites était présentée à l’assemblée nationale, présentée par le groupe de la gauche démocrate et républicaine (GDR).

le groupe LRM détenant la majorité absolue, la motion référendaire n’avait aucune chance d’être adoptée.

A l’issu d’un débat tendu dans une assemblée clairsemée pour ce sujet qui enflamme le pays depuis le 5 décembre, la motion a été mise au vote.

Résultat :  Oui  70 voix,   Non  160 voix 

Sans surprise donc, la motion référendaire a été rejetée par la majorité de l’Assemblée nationale.

Mais pouvait-il en être autrement ? Qu’espéraient donc les 61 signataires de cette motion ?

Rien. Il n’y avait strictement rien à en attendre, sauf un enseignement qui devrait maintenant en faire réfléchir plus d’un.

En effet, ce rejet de la motion référendaire nous démontre une bonne fois pour toutes que sous la Ve république, dont la mandature du petit Macron risque fort d’être la dernière, il n’y a strictement aucune chance qu’un nouveau référendum puisse être instauré, à fortiori d’initiative populaire, quel qu’en soit le sujet.

Il est par conséquent indispensable que tous ceux qui continuent à souhaiter l’instauration du RIC dans la constitution de la Ve république cessent d’envahir l’espace avec leurs inepties.

Le Phoenix Français le dit depuis que l’idée du RIC a été lancée : Dans la situation actuelle d’une république autoritariste, demander l’instauration du RIC est non seulement une impasse politique, mais également une imposture intellectuelle, puisque cela n’a strictement aucune chance d’aboutir.

Pourtant, certains continuent de se tenir arc-boutés dans cette posture de déni de réalité.

Nous rappelons que la France n’a plus de constitution et que nous en détenons toutes les preuves juridiques formelles. Alors comment peut-on vouloir l’instauration de quoi que ce soit et en particulier le RIC, dans un texte qui n’a plus aucune consistance ni aucune existence, sachant de surcroît ce que nos pseudo-représentants ont fait du résultat du dernier référendum qui s’est tenu en 2005 concernant le traité de Maastricht ?

Depuis 2 ans, le Phoenix Français appelle à l’abolition de la Ve république qui est notre seule issue pour sortir la France de ce marais putride dans lequel nous sommes en train de sombrer corps et âmes.

Tout ceci n’est plus qu’un vaste champ de foire et un théâtre de Guignol que tout le monde continue de cautionner en appelant maintenant à se rendre dans les urnes pour les élections municipales du mois de mars 2020, alors que si nous n’avons plus de constitution, aucune élection ne peut se tenir.

Des assemblées populaires doivent éclore dans toutes les communes du territoire national, même si les maires s’y opposent. Le peuple français doit impérativement recouvrer sa souveraineté.

Nous devons organiser un grand Référendum d’Initiative Populaire pour entériner le résultat du référendum de 2005 portant sur le traité de Maastricht et pour lequel le peuple français avait voté contre à 55%.

Alors, on fait quoi ? On continue ce cirque mortifère ou on se prend en main en arrêtant de tergiverser ?

 

Le Phoenix Français

 

  




La Ve république, véritable cauchemar politique

 

 

Au fil des décennies, la Ve république s’est transformée en un véritable cauchemar politique. Tous les loups sont entrés dans la bergerie. Ce constat sans appel est désormais sur toutes les bouches, dans toutes les réflexions et les débats houleux qui animent la vie publique.

Puisque sa constitution fut élaborée sur mesure pour le général de Gaulle, elle aurait dû être abolie à sa démission, en 1969. Au lieu de cela, tous ses successeurs s’en sont emparés, sachant pertinemment toutes les latitudes qu’elle leurs offrait quant à la non-séparation des pouvoirs, porte ouverte à la collusion, aux conflits d’intérêts et à la corruption. Les privilèges avaient pourtant été abolis. La république s’est promptement empressée de les rétablir outrageusement.

Tous les présidents de la Ve république ont systématiquement trahis la nation et le peuple français, cédant à tour de rôle avec un zèle assumé notre souveraineté et tous les pans de notre patrimoine collectif, à la finance apatride scélérate et aux intérêts privés.

La Ve république s’est bâtie sur une série de coups d’état qui ont permis à tous ces traîtres d’agir sans aucune véritable opposition et tout le monde a laissé les choses s’envenimer, jusqu’à l’inexorable chaos qui nous vivons actuellement. Macron étant indubitablement le fossoyeur de cette Ve république résolument scélérate.

Tous les signaux d’alerte sont désormais dans le rouge écarlate. La paix et la cohésion sociale, chauffées à blanc, ont volées en éclats. La Ve république est en état de mort irréversible, mais pourtant tout le monde fait comme si de rien n’était et les français semblent littéralement tétanisés à l’idée de devoir prendre leurs responsabilités.

L’atmosphère délétère qui règne dans notre pays est devenue irrespirable, augmentée par des milliers de palets de gaz toxiques balancés sans aucun discernement par les milices d’un pouvoir autoritaire totalement aux abois.

  

Cela fait aujourd’hui deux ans que le Phoenix Français appelle sans discontinuer à l’abolition de la Ve république. Pourtant, cet appel semble se perdre dans l’immensité abyssale de l’individualisme qui a pris le pas sur l’intérêt collectif.

Plus les mois passent et plus il devient évident que l’abolition de la Ve république est notre seule porte de sortie. Il n’y a plus rien à en attendre et aucune réforme ne pourra plus redresser la barre de ce navire en perdition.

C’est pourquoi le Phoenix Français exhorte une nouvelle fois l’ensemble du peuple français à prendre toutes ses responsabilités afin que nous puissions proclamer l’abolition de la Ve république. Il en va maintenant de notre survie.

  




La démocratie représentative, cette totale imposture !

Le Phoenix Français©05/02/2020

 

Nous vivons un moment très particulier de l’histoire où toutes les valeurs et le sens des mots sont inversés. Dans ces conditions, la confusion règne en maîtresse sur nos vies. Il est donc impératif, dans la mesure où l’on souhaite comprendre les raisons du délitement de notre société, de redonner le véritable sens aux mots. Car le mauvais emploi des mots est la racine de tous nos maux. C’est la première des choses à faire si l’on veut comprendre pourquoi nous sommes incapables de sortir de notre prison mentale qui nous enferme dans un cercle infernal.

Pour ce qui concerne la démocratie  (demos cratos – le pouvoir par le peuple) ce devrait donc être le peuple qui exerce le pouvoir, tous les pouvoirs. En premier lieu le pouvoir de rédiger lui-même les lois ou tout du moins de les valider afin de pouvoir y consentir librement. Or, force est de constater que cela n’a jamais été le cas dans ce que nos pseudo-élites n’ont de cesse de nommer très injustement « notre grande démocratie ». Mais c’est justement leur objectif : nous faire admettre une chose pour son exact contraire. Car nous savons maintenant que tout est frauduleux dans la république. Tout n’est que mensonge et tromperie. Imposture !

Dans la mesure où dans notre société, le peuple n’a jamais exercé les pouvoirs, il est donc tout à fait anormal de parler de démocratie. Nous sommes passés d’une organisation monarchique à une organisation représentative. Dans la première, le Roi exerçait tous les pouvoirs. Il était le Souverain. Dans la république, ce sont les représentants du peuple qui exercent tous les pouvoirs, qui sont donc souverains. Dans la 5e république, tous les pouvoirs sont concentrés entre les mains de l’exécutif, donc du président et du gouvernement. Le président n’étant qu’un monarque déguisé.

Le peuple n’a donc jamais eu les moyens d’exercer lui-même directement les pouvoirs.

Nous nommons donc démocratie son exact contraire.  Tant que nous employons le terme de démocratie pour nommer son exact contraire, nous sommes dans la confusion des genres et il ne nous est pas possible de sortir de ce qu’il faut appeler notre prison mentale.

Dans ce que l’on nomme la « démocratie représentative », c’est donc le peuple qui exerce le pouvoir par ses représentants. Puisque le peuple ne peut exercer le pouvoir que par ses représentants qui s’arrogent eux-mêmes le droit de rédiger les règles de leurs mandats de représentation et les règles de la façon dont ils sont nommés représentants. La supercherie est totale.

La première chose que nous devrions donc faire si l’on veut établir une véritable première démocratie par laquelle le peuple serait réellement souverain, serait que ce soit le peuple lui-même qui rédige et édicte toutes les règles des mandats de ses représentants. C’est le premier des garde-fous indispensables. Et c’est cela qui changerait tout !

C’est une des raisons pour lesquelles la Constitution de la 5e république est caduque. Car il n’a jamais été question de souveraineté du peuple.

ARTICLE 3. « La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum. Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice ».

Le peuple ne peut donc exercer sa souveraineté que par l’intermédiaire de ses représentants qui de surcroît décident eux-mêmes des référendums. Et si d’aventure ils décident qu’il n’y ait plus de référendum …

Où est donc passée la souveraineté du peuple ?

Le peuple n’a jamais eu les moyens d’exercer sa souveraineté. Tant que nous laisserons nos représentants exercer notre souveraineté à notre place, écrire eux-mêmes les règles et les lois qu’ils devraient craindre, alors nous resterons pieds et poings liés, livrés au bon vouloir de criminels en cols blancs.

Pour établir une véritable démocratie, par laquelle le peuple serait enfin en mesure d’exercer directement sa souveraineté, nous devons impérativement abolir la 5e république, qui permet à nos représentants toutes les dérives, toutes les magouilles et toute la corruption qui ont atteint des niveaux record.

C’est la première étape que nous devons franchir. Nous n’avons pas d’autre alternative. Car il n’est plus possible de laisser des dégénérés exercer tous les pouvoirs à notre place.

 

Dans une véritable démocratie,

c’est le peuple qui est souverain

et qui exerce directement sa souveraineté.

 




Cessons donc de tourner autour du pot !

Le Phoenix Français© 2020

 

  

Cessons donc de tourner autour du pot !

Cessons de tourner comme des hamsters dans la roue !

Il n’y a plus rien à négocier avec cet Etat félon ! 

Nous devons tous nous en émanciper. Notre salut sera à ce prix.

 

Toutes nos gesticulations, toutes nos pétitions et toutes nos tergiversations n’y changeront strictement rien.

Plus rien n’est légal et plus rien n’est légitime dans cette Ve république totalement gangrénée qui n’a plus que l’autoritarisme pour se maintenir et imposer toutes ses lois, tous ses décrets et ses ordonnances iniques et liberticides.

Tous les signes et toutes les analyses nous prouvent que la façon dont les successeurs de Charles de Gaulle ont dirigé et dirigent notre pays correspond à la définition même de la dictature.

Le petit minus cocaïné à bloc nous en a d’ailleurs donné la définition précise lors de son immersion en apesanteur à bord de son Airbus « Macron Force One » de retour d’Israël :

« Une dictature, c’est un régime où une personne ou un clan décide des lois. Une dictature, c’est un régime où on ne change pas les dirigeants, jamais. »

La seule différence entre les dictatures telles qu’on a l’habitude de les reconnaître et de les définir, c’est qu’en France, nous n’avons pas (encore) de junte militaire et le peuple ne se fait pas (encore) tirer dessus à balles réelles.

Mais à y regarder de près, en France, c’est bien une personne et un petit clan de dégénérés qui décident des lois, arbitraires de surcroît, puisque le peuple n’est jamais consulté sur les grands enjeux et les décisions qui engagent son autodétermination.

L’emploi disproportionné d’armes à « létalité modérée » (sic), de gaz toxiques et de matraquage à tout va de tout ce qui bouge ayant pour objectif de « nettoyer les rues » de toute la vermine récalcitrante, selon les propos même des responsables de la haute hiérarchie de cet état policier, est un des signes qui nous permet d’affirmer que nous sommes sous la contrainte d’un état autoritaire dont ces méthodes correspondent à sa façon d’envisager le dialogue social.

La létalité « modérée » ne suffisant plus à faire taire le peuple désormais au bord de l’insurrection, la prochaine étape pourrait bien être la proclamation de la loi martiale, puisque Minus 1er , Roi des tarés, n’aura bientôt plus que cette alternative pour se maintenir au pouvoir, alors qu’il n’aura bientôt plus aucun soutien parmi la population et que tous ses lieutenants de la REM sont en train de quitter le Titanic. Il n’est donc plus à écarter l’hypothèse que les plus radicalisés parmi les « Forces du maintien de l’ordre républicain » n’hésiteront pas à tirer à balles réelles sur le peuple français si d’aventure l’ordre leur en était donné, vu que certains utilisent leurs LBD et tout leur attirail de guerre de façon à fracasser du manifestant et qu’ils s’en réjouissent de manière ostentatoire sans même plus s’en cacher.

Nous savons également que le système électoral étant totalement verrouillé, chaque échéance électorale ne peut produire qu’une alternance entre la peste et le choléra. Et si cela ne suffit pas, ils en changent les dispositifs dès qu’ils s’aperçoivent qu’ils risquent d’en perdre le contrôle.

Si cela n’est pas de la dictature …

La réforme des retraites est un énième coup de poignard infligé au peuple français. Mais le micron 1er, roi des dégénérés, nous avait pourtant prévenus qu’il gouvernerait par ordonnances et par décrets, impliquant de fait qu’aucune consultation populaire n’est requise pour adopter les lois scélérates. Sa feuille de route : Appliquer les GOPE et les impératifs de BLACK ROCK et les intérêts prédateurs de la finance internationale.

C’est exactement ce qu’il se passe. Même plus besoin de sortir l’article 49.3 qui est déjà en lui-même un article de la constitution dont ses prédécesseurs n’ont pas hésité à faire usage dès qu’ils se sont aperçus qu’ils avaient l’opinion contre eux. Le 49.3 étant un article félon de la constitution de la Ve république qui autorise les tenants du pouvoir à passer en force, c’est-à-dire à violer la volonté majoritaire.

Le viol est donc autorisé par la Ve république et les tenants du pouvoir n’hésitent pas à en abuser … L’on pourrait ici en dresser la liste, mais ce n’est pas l’objet de cette tribune. Nous y reviendrons ultérieurement.

Cependant, le peuple français est totalement responsable d’avoir laissé faire ces choses depuis tant d’années.  Oui, nous sommes tous responsables, d’une façon ou d’une autre. Car toutes les lois iniques et scélérates sont passées comme des lettres à la poste, sans aucune réelle contestation. Ou si peu. Seuls quelques exemples nous ont montré qu’il était possible de faire infléchir cette république autoritaire. Mais les manifestations n’ont eu strictement aucun effet sur les viols les plus significatifs de l’intérêt du peuple et sur les orientations de la politique générale de nos gouvernements successifs.

Les exemples sont pléthores. Il n’est donc pas nécessaire ici d’en dresser la liste. Mais que chacun regarde à son niveau et fasse son introspection. Et il s’apercevra que l’histoire de la Ve république est jonchée d’abominations et « d’affaires d’Etat » en tous genres, plus graves les unes que les autres et que le peuple de France s’est toujours laissé flouer et spolier en continu sans jamais se donner les véritables moyens de faire plier ceux qui nous gouvernent. Le syndicalisme et le corporatisme étant les deux noyaux les plus pourris qui nous empêchent d’avancer d’un « Front Commun » pour faire valoir l’intérêt général et le vivre ensemble.

Qu’en sera-t-il si d’aventure les français gagnent la bataille de la réforme des retraites ?

La réponse est que chaque corporation retournera à ses petites préoccupations quotidiennes et que le fond de tous nos malheurs publics n’aura changé en aucune façon. Tant que les français ne se préoccuperont pas de la cause des causes, du fond du problème, nous resterons pieds et poings liés à la Finance internationale à qui notre caste politique, gauche et droite confondue, en passant bien évidemment par le centre et tous les extrêmes, leur ont ouvert grandes les portes.

Tant que l’on restera sous ce régime politique de la Ve république, le peuple français n’aura aucun moyen légal de contre-pouvoir ou même de pouvoir agir sur ses institutions qui sont sous l’entier contrôle « d’associations » mafieuses. Puisqu’ils ont tout verrouillé dans ce sens, suite au dernier référendum qui s’est tenu en France 2005 par lequel le peuple souverain avait administré une véritable gifle à la caste politique, malgré le renfort de la propagande médiatique aux ordres de la mafia financière. Mais même à cette occasion, ils sont passés outre, en violant la volonté et la souveraineté du peuple français. Ce qui est un des pires crimes de haute trahison dont s’est rendu coupable l’ensemble de la classe politique, gauche et droite confondues réunie en congrès à Versailles.

La constitution de la Ve république a été modifiée 80 fois sans aucune consultation populaire. Ceci est profondément inadmissible et il est tout à fait anormal que personne ne trouve à y redire.

La constitution de la Ve république fut rédigée dans le seul but de donner à Charles de Gaulle les pouvoirs nécessaires pour rebâtir la France. A sa démission en 1969, cette constitution aurait dû être abolie. Au lieu de cela, tous ses successeurs s’en sont servis pour spolier, mentir, voler et trahir le peuple français.

C’est pourquoi, la première condition sine qua none pour sortir de cette crise politique majeure est de proclamer la fin de la Ve république, par son abolition pure et simple, sans aucune condition ni négociation avec ceux qui s’en gargarisent et qui se prétendent détenteurs d’une autorité publique ou représentants du peuple de France. Car tous ces individus ne sont que des usurpateurs.

Toutes nos gesticulations, toutes nos pétitions, toutes nos revendications et toutes nos tergiversations n’y changeront strictement rien. Tant que le peuple de France n’appellera pas, d’une façon franche et massive à l’abolition de la Ve république, il ne pourra y avoir aucun Salut Public et aucun changement significatif.

Face à l’autoritarisme de la macronie totalement hors sol et face à la trahison permanente de la caste politique Franc-maçonne, le peule français est appelé à s’unir dans un grand « Front Commun de Salut Public » qui est un contrat moral qui doit nous permettre à tous, toutes opinions et toutes origines sociales confondues, de sauver notre pays au bord du chaos, de l’implosion et du désastre en cours.

Tous les traîtres doivent être mis hors d’état de nuire.

La première des choses qui devra être établie de façon claire, nette, précise et immuable dans une constitution digne de ce nom, c’est que :

 «Ce n’est pas aux représentants du peuple de définir les règles de leurs mandats ni les règles de la représentation de manière générale. Seul un peuple émancipé sera en mesure de rédiger les règles qui définissent l’organisation des pouvoirs publics, pour l’intérêts de tous et non pour l’intérêt de ceux auxquels est confiée la tâche de la représentation ».

Quand nous auront franchi ce cap, alors la voie commencera à s’éclairer et nous pourrons tous être fiers de nous.

   

Le Phoenix Français

  




FREXIT ?

Le Phoenix Français©2020

 

 

Le BREXIT prenant  effet ce jour, le 31 janvier 2020, une vague d'émulation secoue la France et les réseaux sociaux. Et certainement bien plus encore.

Nigel Farage n'ayant pas omis de rappeler à juste titre, dans son discours d'adieu à la Commission Européenne, que la France et les Pays-Bas avaient voté « NON » à la constitution européenne qui leur avait été proposée en 2004 et que leur autodétermination avait été ensuite violée par la caste politique dominante, par l'adoption du traité de Lisbonne en 2008.

Il a ensuite ajouté : « nous ne sommes pas contre l’Europe, mais contre l’Union Européenne anti-démocratique ». Ce que l'ensemble du peuple français ne peut que confirmer.

Depuis cette date fatidique de 2008, tous les pays composant l'Union Européenne vivent sous le joug d'institutions anti-démocratiques dirigées par des individus non élus et agissant aux seuls ordres de la finance internationale apatride.

Le Phoenix Français rappelle que le viol de l’expression du peuple qui s’était exprimé lors du référendum de 2005 rend caduque de fait l’adhésion de la France à l’Union Européenne et qu’un Référendum d’Initiative Populaire (RIP) doit être organisé dans les plus brefs délais, afin d’entériner une bonne fois pour toutes le résultat du référendum de 2005.

De plus, le Phoenix Français indique, dans sa proposition de Constitution Transitoire suspensive du 12 février 2018, de par son article 6 :

« Tous les traités internationaux engageant l’autodétermination du Peuple Français Souverain sont suspendus sur le champ et ce, durant toute la durée de la Constitution Transitoire Suspensive, jusqu’à ce que le Peuple Souverain se soit prononcé sur leur légitimité, leur maintien et/ou leur abrogation. A ce titre, tous les représentants et les élus agissant pour le compte ou sous l’autorité de l’État Français au sein des organismes relatifs à tous ces traités internationaux sont suspendus sans préavis de leurs fonctions ainsi que leurs indemnités ».

Le peuple français s’est prononcé : NON à la tyrannie c’est NON !

Pour cette raison, la France ne peut pas se prévaloir d’être membre de l’Union Européenne.

De même que par le viol insensé de l’expression de la voix du peuple français par sa classe politique dirigeante, la France ne peut plus se prévaloir d’avoir une constitution.

La sortie de la France de cette Union maléfique, anti-démocratique et totalitaire  doit donc être proclamée sans aucune forme de négociation.

Le peuple français a dit « NON » c’est « NON ».

Tous ceux qui ont trahi l’expression de la voix, de la volonté et de la souveraineté du peuple français doivent désormais rendre des comptes au peuple français.

Emmanuel Macron doit être destitué sur le champ et l’abolition de la Ve république sera également actée par la proclamation d’une constitution de transition.

Il appartient désormais à l’ensemble du peuple français de prendre toutes ses responsabilités pour mettre un terme définitif à toute cette mascarade mortifère insoutenable.

Les traitres doivent être chassés sans pitié.


 




Illégitimité de la Ve république

Le Phoenix Français©2020     Tous droits protégés, mis à la disposition du public.

 

  Résultat de recherche d'images pour "illégitimité"

La république désigne un mode de gouvernement dans lequel le pouvoir est exercé par des personnes élues. “Respublica” signifiant la “chose publique”.               
Par conséquent, toute forme républicaine de gouvernance est antinomique avec le terme “démocratie” qui signifie “le pouvoir par le peuple” ou la “souveraineté du peuple” pour laquelle c’est le peuple lui-même qui organise la chose publique, donc les pouvoirs publics et qui votent pour le lois qui seront appliquées. Une véritable démocratie ne peut donc qu’être directement exercée par le peuple et non par ses représentants.

La “démocratie représentative”, le “gouvernement représentatif” ou le “régime représentatif” est un système politique dans lequel on reconnaît à une assemblée restreinte le droit de représenter un peuple, une nation ou une communauté.
Là encore, si le pouvoir est donné à une assemblée restreinte de représenter le peuple et de faire les lois, on ne peut pas appeler cela une “démocratie”, puisque le peuple n’a aucun moyen de s’exprimer directement, librement et autrement que par l’intermédiaire de ses représentants.

La République et toute forme républicaine de gouvernement est donc incompatible avec la Démocratie, puisque le peuple n’a jamais eu le pouvoir de décider lui-même de sa destiné en exerçant sa pleine souveraineté. Sa seule possibilité d’influer sur les décisions ce sont les élections qui permettent invariablement aux partis politiques de contrôler nos institutions.

ARTICLE 3 de la constitution de 1958 :

“La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum.

Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice”…

Quelle mascarade !

                         
Du reste, l’article 89 de la constitution de la Ve république qui précise que ” La forme républicaine du Gouvernement ne peut faire l’objet d’une révision” nous démontre parfaitement la forme autoritariste de nos institutions.                   

Dans ces conditions, la forme républicaine de nos gouvernements soi-disant représentatifs, autoritaires et policiers par essence,  sont absolument incompatible avec la démocratie.    

Dans le système républicain, le peuple n’a jamais eu et n’aura jamais les moyens de s’exprimer directement et de décider directement. Ce sont ses représentants qui décident de tout. Et l’on voit aujourd’hui ce que ça donne … L’on mesure toute l’ampleur des dégâts. Puisque nous sommes arrivés au point culminant de toutes les dérives que permet la “démocratie représentative”.    

C’est bien la raison pour laquelle tant que nous resterons sous une forme républicaine de gouvernance, le peuple sera pieds et poings liés et le peuple n’aura jamais aucun moyen d’exercer sa souveraineté, qu’il ne peut exercer que par l’intermédiaire de ses représentants, qui soit dit en passant, s’arrogent même le droit de la bafouer et de la trahir en permanence, alors qu’ils devraient en être les garants.    

La destitution de Macron et de son gouvernement ne suffiront donc pas à amener la démocratie dans notre pays.
Car c’est le fonctionnement même de nos institutions républicaines qui est la cause de toutes leurs dérives. 

La Ve république n’est absolument plus adaptée à notre société d’aujourd’hui. C’est pourquoi elle doit impérativement être abolie. Cela doit être le premier pas vers l’avènement d’une première véritable démocratie.

Les pouvoirs Législatifs et exécutifs doivent impérativement être séparés et ce n’est en aucun cas à l’exécutif que doit revenir le pouvoir de décider de quoi que ce soit.

Le pouvoir législatif doit absolument être sous l’entier contrôle du peuple. Car ce n’est que par le contrôle qu’il exercera sur la rédaction des lois qu’il exercera sa pleine souveraineté. Le pouvoir exécutif se contentant de faire appliquer les lois adoptées par le peuple.

Quand au pouvoir judiciaire, il doit être totalement indépendant. C’est pourquoi il devra subir une refonte totale.

Toutes les écoles de la haute fonction publique républicaines devront être dissoutes.    

Sans cela, il n’y aura point de salut public.

          

Le Phoenix Français

 




Une Constitution Transitoire Suspensive, pour quoi faire ?

Le Phoenix Français©2020, tous droits protégés, mis à la disposition du public

 

 

Nous avons conscience que la lecture et la compréhension d’une constitution, fusse-t-elle de transition, demande un effort intellectuel important. Nous sommes également conscients  que ce travail est rébarbatif. Mais il est pourtant indispensable si l’on veut pouvoir changer les choses et y participer activement.

C’est pourquoi, nous tentons au travers de cet article à synthétiser et à vulgariser les principaux enjeux d’une constitution de Transition.

Pour ceux qui prendraient seulement connaissance de la proposition que le Phoenix Français a mise en ligne le 12 février 2018, voici les principaux objectifs de cette constitution de transition :

1- Abolition de la Ve république par la proclamation d’une Constitution de Transition.

2 – Suspension de tous les pouvoirs exécutifs et législatifs tels que définis sous la Ve république.

3 – Mise en place d’un Processus Constituant Populaire permettant la rédaction d’une nouvelle Constitution, par le peuple et pour le peuple.

4 – Rédaction d’une véritable Constitution Populaire, par le peuple français et pour le pueple français.

Cette constitution Transitoire Suspensive est donc un outil proposé à tous les français désireux de participer à la refonte totale de l’organisation des pouvoirs publics, afin de nous permettre d’en finir une bonne fois pour toutes avec ce régime politique qui donne toutes les lattitudes à la corruption et aux conflits d’intérêts duquel le peuple est totalement exclu de toutes les prises de décisions engageant son autodétermination.

Tous nos représentants nous ayant systématiquement et systémiquerment trahis et dépouillés de notre souveraineté, nous rendant impuissants jusque dans la défense de nos droits les plus naturels pourtant imprescriptibles et inaliénables.

A l’heure où nous rédigeons ces lignes, la question n’est plus de savoir qui a la meilleure proposition de constitution transitoire. La seule question à laquelle l’ensemble du peuple doit répondre est :

Pouvons-nous faire perdurer cette Ve république mortifère qui ne donne tous les pouvoirs à quelques individus qui n’ont de comptes à rendre qu’aux puissances financières internationales ?

Quelle que soit l’approche que l’on en a, la réponse est évidente pour tout le monde : Non ! Nous n’avons plus aucune raison de la faire perdurer, puisque désormais, tous les signaux sont dans le rouge écarlate.

Le Phoenix Français étant un collectif issu du peuple de “sans dents”, les “riens” comme ils osent nous appeler, il est bien évident que nous n’avons pas les réponses à toutes les problématiques et que ce grand défi que nous avons à relever tous ensemble sera obligatoirement un travail commun, par lequel toutes les compétences issues de la société civile doivent être prises en compte, dans la mesure où il en va de la préservation des nos intérêts collectifs.

In finé, la réappropriation par le peuple et pour le peuple français de tout notre patrimoine collectif, à savoir :

  • Création de la Banque Citoyenne de France qui se substituera à la Banque de France qui est un organisme privé.
  • Sortie unilarérale de l’Union Européenne.
  • Renationalisation de tous les services publics et de toutes les entreprises publiques stratégiques avec impossibilité d’ouvrir le capitale au secteur privé.
  • Tous les mandataires de la représentation publique de la Ve république auront des comptes à rendre de leurs actions, soit la fin de leur impunité.
  • Grande organisation pour une alimentation saine pour tous.
  • Impossibilité pour des intérêts étrangers de prendre la main sur nos intérêts nationaux.
  • Mise hors d’état de nuire des réseaux pédo-criminels qui ravagent le monde et dont la France est une des plaques tournante les plus significatives.
  • La Franc-maçonnerie ne pourra plus avoir qu’un rôle consultatif et non plus avoir la main-mise sur nos institutions qui seront sous l’entier contrôle du peuple français.

Le Phoenix Français

 




La Ve république doit être renversée !

Le Phoenix Français © 2020
Tous droits protégés, mis à la disposition du public

 

La Ve république doit être renversée !

C’est désormais une certitude absolue et d’une urgence vitale pour l’ensemble des français.

Les innombrables affaires d’état dont la Ve république est jalonnée, nous prouvaient déjà qu’il y avait de sérieux problèmes quant à la concentration et l’organisation des pouvoirs publics, dont la non-séparation est un des principaux facteurs du dysfonctionnement de nos institutions.

Le crime de haute trahison dont s’est rendu coupable l’ensemble de la classe politique et plus particulièrement ses deux principaux instigateurs qui sont messieurs François Hollande et Nicolas Sarkozy, en ratifiant le traité de Lisbonne en 2007 au nom du peuple français,  au mépris total et en violation absolue de son expression seule légitime est la goutte d’eau qui aurait dû faire déborder le vase. cédée à des instances supranationales non élues, par un acte de forfaiture dont devront répondre messieurs François Hollande et Nicolas Sarkozy.

C’est à partir de là que les français n’ont plus eu aucun moyen d’exercer leur souveraineté, désormais totalement soumis aux intérêts des puissances prédatrices de la finance internationale.

Avec Macron, nous avons atteint aujourd’hui les sommets de la gangrène de nos institutions avec le déchainement des violences de cet Etat policier qui n’a plus que ce seul rempart pour ce maintenir, puisqu’il sait qu’il est totalement illégitime. Et que de ce fait, s’il n’a plus que cela pour ce maintenir, nous pouvons affirmer haut et fort que la France est actuellement une dictature.

Puisque les pouvoirs exécutifs, législatifs et judiciaires ne sont plus tenus de respecter aucune des règles qui régissent notre nation, à commencer par le texte suprême qui est la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, c’est bien la preuve formelle et irréfutable que la France n’a plus de Constitution et que tout ceux qui se prétendent servir nos institutions ne peuvent plus s’en prévaloir.

Le fait est acquis pour tous les français que les institutions telles qu’elles ont été définies sous la Ve république n’ont plus aucune légitimité, puisqu’elles ne sont plus reconnues en tant que telles par une majorité de français.

Aucune réforme de la constitution de la Ve république ni aucun référendum ne pourront plus améliorer quoi que ce soit ni ne pourront amener les profonds changements nécessaires et impérieux du fonctionnement de nos institutions.

Le problème c’est la Ve république qui aurait dû être abolie au départ du Général de Gaulle. Car elle fut rédiger pour lui donner les pleins pouvoirs nécessaires à l’époque pour redresser la France.

La Ve république n’est absolument plus adaptée à notre époque. C’est pourquoi elle doit être impérativement abolie.

Le peuple français uni et souverain se doit désormais de prendre toutes ses responsabilités individuelles et collectives afin de refonder l’ensemble des règles qui redéfiniront le fonctionnement des pouvoirs publics, par le peuple et pour le peuple souverain.

Nous ne pouvons plus laisser cette tâche à la discrétion des partis politiques sectaires et corrompus. Aucun individu ni aucun groupe d’individus ne peut s’attribuer l’exercice de refonder nos institutions. Ceci ne peut être que le fait d’un peuple émancipé.

En ces temps de profonds changements et de bouleversements mondiaux, c’est tout le modèle et la vision sociétale qui doivent être remaniés. Et il n’est plus question de laisser cette tâche ardue aux seules énarques ou hauts fonctionnaires dont on sait désormais qu’ils n’agissent que pour leurs propres intérêts particuliers et qu’ils peuvent être facilement soudoyés par les puissances de l’argent sale.

Le peuple tout entier, sans aucune distinction d’origine sociale ou d’idéologie politique, doit être et ne peut être que le seul à rédiger les lois qu’il fera appliquer pour l’intérêt et l’avantage de tous.

Ca ne peut plus être non plus les représentants du peuple qui écrivent eux-mêmes les règles de leurs propres mandats.

Ce temps est révolu.

La seule et unique solution pour pouvoir instaurer ce profond changement devenu impérativement nécessaire, dans les semaines  qui viennent, c’est en premier lieu de déclarer l’abolition pure et simple de cette Ve république scélérate, qui est la bible de la corruption et l’une des principales raisons de tous nos malheurs publics.

Car tant que le peuple français n’aura pas déclaré unanimement l’abolition de la Ve république, il n’aura aucun moyen légal d’agir pour mettre un terme à ce que l’on peut nommer sans aucune honte la félonie et la gangrène qui se sont emparées de l’ensemble de nos institutions. Il n’y a plus rien à faire pour les sauver. Et la réorganisation de nos pouvoirs publics doit être la première chose que le peuple français devra mettre en oeuvre et lui seul en aura toute la légitimité.

Le Phoenix Français exhorte par conséquent toutes celles et tous ceux, à quelque niveau qu’elles se situent, à s’emparer de la Constitution Transitoire Suspensive rédigée par le Phoenix Français et mise à la disposition de tous, afin de former un grand Front Commun de Salut Public.

Car c’est la proclamation d’une Constitution de Transition qui abolira de fait la Ve république et qui offrira à l’ensemble du peuple français le cadre légitime et légal pour pouvoir mettre en oeuvre la refonte totale de nos institutions.

C’est bien ce qu’attendent aujourd’hui tous les français et toutes les françaises.

Le Phoenix Français lance un appel solennel et urgent à l’ensemble des officiers supérieurs de tous les corps de nos forces armées afin qu’ils prennent leurs véritables responsabilités dont ils sont investis de par leurs fonctions, pour porter assistance au peuple de France et l’aider à destituer l’ensemble de la classe politique. Sinon ils seront considérés comme des traîtres et devront en assumer toutes les conséquences le moment venu !

Le peuple français souverain doit impérativement et dans les plus brefs délais, reprendre le contrôle de ses institutions qui ne peuvent et ne doivent plus être laissées entre les mains de quelques poignées d’individus malfaisants aux privilèges et aux pouvoirs exorbitants.

La Constitution Transitoire Suspensive permettra l’organisation et la mise en place d’un Processus Constituant Populaire qui amènera l’ensemble du peuple français à rédiger lui-même une nouvelle Constitution pour la France, dont les objectifs principaux doivent être:

1 – La garantie absolue de la sauvegarde de tous les droits naturels des êtres humains, imprescriptibles et inaliénables.

2 – La garantie absolue de la souveraineté du peuple français et de l’intégrité de son territoire.

3 – Le contrôle de ses institutions par le peuple lui-même et non plus par ses représentants qui verrouillent le système qui permet de les élire leur permettant de rester irrévocables.

4 – L’écriture des règles, des limites et des responsabilités des mandataires de la représentation locale et nationale par le  peuple lui-même et non plus par ses représentants.

5 – La sauvegarde nécessaire et primordiale de notre environnement naturel.




Aux armes, peuple de France !

Le Phoenix Français © 2020
Tous droits protégés, mis à la disposition du public

 

Il est déjà trop tard… Alors agissons !

L’Etat français républicain ayant déclaré la guerre à son peuple, nous n’avons donc plus d’autre choix et plus d’autre alternative que de reprendre le contrôle de notre souveraineté et de notre autodétermination. Parce que nous ne nous réapproprirons jamais ces valeurs indispensables, imprescriptibles et inaliénables sans combattre ces hordes de barbares.
 
La police nationale, à force de répression gratuite et aveugle est désormais honnie par le peuple français.
Bien évidemment, il ne s’agit pas de stigmatiser l’ensemble de ce corps constitué, mais bien de s’en prendre à tous ceux qui exécutent sans réfléchir et trop souvent avec zèle des ordres arbitraires.
 
Car l’article 12 de la DDHC de 1789 est formel et à valeur de loi suprême :
“La garantie des droits de l’homme et du citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée”.
 
Or nous voyons bien que ces “forces du maintien de l’ordre républicain n’agissent plus que pour le seul avantage de ceux à qui elles sont confiées. Au mépris total de l’avantage de tous.
Le simple fait d’être gazés comme de vulgaires cafards aurait déjà dû nous rendre fous de rage depuis le début de l’utilisation des gaz lacrimogènes par les forces de l’ordre. Mais là encore, comme pour tout, nous avons laissé faire sans jamais réagir.
 
Or, en ce début d’année 2020, les français ne tolèrent plus de se faire traiter de la sorte, d’autant plus qu’il n’y a plus aucune autorité légitime et plus aucune retenue de la part des forces du maintien de l’ordre républicain sanguinaire.
 
Face à un tel déchainement de violences policières totalement disproportionnées et face à l’emploi d’armes militaires létales et toxiques, le peuple français n’a plus d’autre choix que de se défendre à armes égales.
A partir de maintenant les flics vont se faire défoncer . Et là ça va partir en vrille incontrôlée …
La guerre civile a déjà commencé, les gens. Et ça va monter crecendo.
 
Ca va d’ailleurs dégénérer à partir des prochaines manifestations puisque la corde raide qui retenait la population meurtrie, mutilée et humiliée en permanence, et réprimée d’exprimer tout esprit de vengeance a cédé.
 
Parce qu’à avoir trop attendu et à avoir glissé toute la merde sous le tapis en attendant le dégel, ça va nous péter à la figure.
C’est désormais inéluctable.
La liberté étant une valeur morale inscrite dans notre patrimoine génétique, elle ne peut plus être bafouée en permanence sans qu’un jour les français se relèvent dans un grand sursaut de salut public.
C’est ce qui a toujours fait la grandeur du peuple français dans le concert des nations.
 
C’est pourquoi la formation d’un grand Front Commun de Salut Public est absolument indispensable et incontournable. Pour la simple raison que nous allons tous devoir gérer ce chaos et que le peuple français va devoir se donner tous les outils nécessaires à la reprise en main de l’organisation des pouvoirs publics, par lui-même. Car nous n’avons plus rien à négocier avec les institutions républicaines félonnes. 
Seul le peuple est désormais légitime !
 
Ce grand Front Commun de Salut Public qu’appelle le Phoenix Français, déjà rejoint par des collectifs conscients des enjeux, n’est pas une énième structure organisée pour créer encore plus de division.
Il est essentiellement un contrat moral qui doit permettre d’unir toutes les françaises et tous les français, quelles que soient leurs idées politiques et leurs origines sociales, qui souhaitent s’investir pour sauver notre pays.
 
C’est pourquoi ce contrat moral est intrinsèquement apartisan.
Il a pour seul et unique but de réunir l’ensemble de toutes les composantes de la population pour, dans un premier temps, renverser la Ve république qui n’a plus aucune raison de perdurer, puisque c’est cette Ve république avec sa Constitution scélérate qui a permis toutes les dérives de nos rteprésentants auxquelles nous assistons, impuissants.

Aux armes, peuple de France !Notre devoir impérieux à tous est de neutraliser tous les criminels qui retiennent notre pays en otage.Et la première chose à faire est de renverser la Ve république. C’est la première étape indispensable à laquelle nous devons nous atteler.

 

Le Phoenix Français



Dernier référendum en France : NON c’est NON !

Le Phoenix Français © 2020

Tous droits protégés, mis à la disposition du public

Chers amis,

Vous souvenez-vous du référendum de 2005 portant sur le projet de la Constitution Européenne lors duquel les français ont voté NON à 55 % ?

Le peuple ayant rejeté le projet de Constitution Européenne à la majorité de 55%.

Et bien nous, au Phoenix Français, on s’en souvient. Et nous ne sommes pas les seuls ! Loin de là !

Et l’on n’oubliera jamais cet acte de haute trahison de notre classe politique.

Image associée

Parce qu’en 2007, sous la présidence usurpée de Nicolas Sarkozy de Nagi Brosca, traître parmi les traîtres, l’assemblée nationale et le Sénat, réunis en congrès à Versailles ont tous trahis le peuple français.

Tous sans aucune exception puisqu’ils ont validé le traité de Lisonne contre et au mépris de l’avis du peuple français.

Le traité de Lisbonne fut alors signé par Nicolas Sarkozy de Nagi Brosca et donc ratifié par la France, au nom du peuple français, constituant ainsi un des pires crimes de haute trahison dont l’ensemble de la classe politique française dans son ensemble s’est rendue coupable.

Et le peuple français n’oubliera jamais ce qui constitue l’une des pires forfaitures commises par sa classe politique.

Alors puisqu’il en est ainsi, nous allons bientôt rappeler toutes ces enclumes à notre bon souvenir. A commencer par les magistrats et les procureurs de la ripoublique qui s’autorisent à juger le peuple français en toute illégitimité.

Car à minima, toutes les lois promulguées depuis la ratification du traité de Lisbonne, suite à la haute trahison des deux assemblées, sont nullles, non avenues et de nul effet.

Nous est avis q’à partir de là ça va secouer fort dans les salles d’audience de tous les tribunaux de France et de Navarre …